Rillettes, saucisses et pâtés n’ont plus la côte chez les Français

Depuis quelques années, les statistiques montrent une baisse conséquente de la vente des produits de charcuterie de France comme les rillettes, les saucisses ou les pâtés. Victimes des nouvelles tendances alimentaires, ces produits sont de plus en plus délaissés plus particulièrement par les français. Savez-vous pour quelle raison ? Il y a trois points à savoir.

Les entreprises démunies

Le constat est alarmant pour les industriels, la consommation de charcuteries de France est en berne même pour les produits premiers prix. Préférant les produits plus « qualitatives », réputés pour être plus diététiques, les français n’achètent plus les produits les plus gras. Régimes divers ou nouvelles préférences, ils consomment désormais moins gras et les chiffres sont sans appel, les volumes d’achat de jambon, andouilles, saucisses,… ont baissé de plus de 0,7 %, en moyenne. Ainsi, les industriels voient leur production stagné avec un recul du chiffre d’affaire sur le marché national. Heureusement, les exportations ont connu une légère augmentation, notamment sur le marché européen. Toutefois, malgré ceci, les bénéfices engendrés restent modestes, le niveau global des ventes extérieures étant encore assez bas. Actuellement, une entreprise sur cinq se trouve dans une situation périlleuse avec des risques concrets pour l’emploi.

S’adapter aux besoins des consommateurs

Les consommateurs sont de plus en plus attentifs aux processus de fabrication et s’intéressent désormais aux intrants utilisés, aux procédés … Si les entreprises veulent survivre à cette vague, ils doivent changer leur façon de faire. Moins de sel, moins de nitrites sont des dispositions qui permettront sans doute de réconcilier les français avec ces produits. Les professionnels doivent adapter leurs produits aux habitudes alimentaires régimes alimentaires moins gras, plus équilibrés … Par ailleurs, les charcutiers doivent développer des produits de meilleure qualité pour séduire les consommateurs, notamment les jeunes. Certaines enseignes ont déjà opté pour des produits labélisés « terroirs », « bio » pour se démarquer.

Valoriser l’identité régionale

A l’origine, la charcuterie française rimait avec savoir-faire régionale et les professionnels du secteur compte sur cet argument de vente pour renouer avec les consommateurs. Il est question de valoriser les produits régionaux auprès du marché de France. Elément culturel de taille, la charcuterie de France est un point essentiel de l’identité régionale et nationale. Il s’agit de sensibiliser les consommateurs sur l’importance de consommer local autant pour l’économie que pour leur santé. En achetant auprès des artisans locaux, le consommateur contribuera ainsi à faire revivre un savoir-faire qui se perd.

Alcool : les modes des bières aromatisées, fruitées et sans alcools font recette
Marché du café : les cours au plus bas depuis plus de 10 ans