Comment mesurer la qualité de l’air comprimé sur site ?

l'air comprimé

Définie sous forme de classes, la qualité d’air comprimé est déterminée par l’humidité relative et la teneur en huile. Sa teneur en eau est exprimée en gramme par m3 et sa teneur en huile en ppm. Il existe quelques procédés à suivre pour analyser ou mesurer correctement la qualité de l’air comprimé.

Pourquoi mesurer la qualité de l’air comprimé ?

L’air comprimé constitue un composant essentiel de nombreuses techniques industrielles. Celui-ci peut affecter aussi bien la qualité du produit final que celle du processus. Parfois, il forme le plus gros poste de consommation électrique dans certaines industries de services et dans la plupart des industries de fabrication. Vu l’importance de l’utilisation de l’air comprimé sec et propre, sa gestion optimale et son suivi régulier représentent une tâche importante pour toute unité de production. Dès lors, il est indispensable de mesurer régulièrement ce composant.

Ensuite, l’analyse d’air comprimé permet d’assurer une excellente fiabilité du processus, de procéder à l’identification des points faibles et d’optimiser l’amélioration de la durée de vie de chaque composant pneumatique. Puis, la mesure de la qualité de l’air offre la possibilité de surveiller et de contrôler efficacement les principales formes de pollutions : la pollution de l’air intérieur qui se classe parmi les principaux risques environnementaux en termes de santé publique et la pollution atmosphérique qui provoque des maladies mortelles. Par ailleurs, l’audit de l’air comprimé garantit l’amélioration du rendement énergétique. Cela est un excellent moyen d’identifier sa consommation énergétique et d’estimer ses besoins en air comprimé. Voir ici pour en savoir plus.

La méthode utilisée pour analyser et mesurer la qualité de l’air comprimé

Généralement, les techniciens qualifiés mesurent la qualité de l’air comprimé directement au point d’utilisation. Cela leur permet de contrôler son conditionnement, d’analyser son point de rosée sous pressions et mesurer sa teneur en huile résiduelle. En général, ce point de rosée constitue un paramètre important. En se servant d’une mesure du point de rosée équilibré, il est possible de préserver l’équipement contre la corrosion, réaliser des économies énergétiques et d’éviter le surséchage. Par la suite, la mesure ou l’analyse de l’air comprimé peut s’effectuer au moyen d’un équipement spécifique appelé testeur de qualité de l’air. Ce dernier fait partie des principaux équipements utilisés pour mesurer efficacement la qualité de l’air comprimé. Il permet de contrôler les différents corps présents dans l’environnement analysé. Cependant, les techniciens doivent utiliser un instrument de mesure capable de résister à l’exposition aux facteurs de contamination. Une fois l’analyse faite, les résultats obtenus vont s’assembler pour avoir un ensemble final qui prendra la forme d’un dessin graphique affiché sur un système d’affichage intégré.

Quels appareils pour mesurer la qualité de l’air comprimé ?

L’analyse de la qualité de l’air comprimé s’effectue à l’aide d’un appareil de mesure de la qualité de l’air, à travers un certain nombre de capteurs. Un testeur de la qualité de l’air doit être équipé de trois types de capteurs. Celui-ci est pourvu d’un capteur d’environnement dont l’objet est de contrôler les différents paramètres pouvant exercer une influence sur les résultats. Aussi, il dispose d’un capteur de particules qui sert à analyser les particules et les poussières en suspension dans l’air. En plus, il est doté d’un capteur de gaz qui étudie les éléments gazeux dans l’air. Les informations recueillies par ces capteurs peuvent permettre d’indiquer la qualité de l’air comprimé. Les techniciens peuvent choisir parmi deux catégories d’appareils de mesure. Pour le testeur fixe, celui-ci est capable d’assurer efficacement les contrôles en récupérant de manière progressive les échantillons à mesurer. Cependant, cela peut demander un délai de traitement relativement important. Mais, pour obtenir rapidement des résultats, il convient d’opter pour l’appareil de mesure portable. Son premier avantage réside dans sa praticité. Comme il est portatif, il est simple à manipuler. Celui-ci propose un délai de traitement plus court, les analyses se font en temps réel.

Les différentes solutions pour une centrale d’air comprimé

La présence d’eau dans l’air comprimé risque de provoquer la corrosion accélérée des outils pneumatiques, des éléments pneumatiques ainsi que des divers actionneurs, car l’humidité est un facteur de contamination. Le professionnel propose des actions correctives qui consistent à traiter l’air comprimé ponctuellement dans l’usine ou en sortie du compresseur. Alors, il faut installer différentes technologies de filtres et de sécheurs d’air. Les sécheurs sélectionnés prendront en compte le débit à traiter et la pression d’entrée d’air comprimé. Il se peut que le réservoir d’air s’installe avant le sécheur pour assurer la récupération d’environ 70 % de l’eau présente dans l’air chaud en sortie de compresseur. Il est également possible de mettre en place des purgeurs automatiques capacitifs en point bas de ce réservoir pour garantir l’évacuation de l’eau accumulée. L’expert intervient pour analyser et mesurer la teneur en huile de l’air comprimé au moyen d’un réactif coloré. Il peut s’occuper du raccordement d’un ou de plusieurs filtres réseau dans l’usine ou à la sortie du sécheur d’air pour une application spécifique.

En quoi un robinet à papillon s’avère utile ?
Dépoussiérage industriel : Les avantages